dimanche 12 novembre 2017

(Interlude musical) Linda Lemay

Comme vous le savez sûrement, Karine & YueYin organise le Québec en novembre !
Il s'agit de célébrer le Québec, sous toutes ses formes, tout au long de ce cher mois de novembre.

Aujourd'hui, donc, je vous partage une p'tite chanson d'une artiste québécoise que j'aime d'amour, j'ai nommé la merveilleuse Linda Lemay.

Cette chanson-là, me parle particulièrement depuis le 25 décembre dernier, jour le plus merveilleux de ma vie, puisque ma fille, ma fierté, ma vie, ma walkyrie a vu le jour et à fait de moi, une maman.


Et, je ne résiste pas à l'envie de vous partager les paroles... un vrai poème !

Une mère.

Une mère  
Ça travaille à temps plein, ça dort un œil ouvert 
C'est d'garde comme un chien 
Ça court au moindre petit bruit, ça s'lève au petit jour 
Ça fait des petites nuits. 
C'est vrai, ça crève de fatigue 
Ça danse à tout jamais une éternelle gigue 
Ça reste auprès de sa couvée 
Au prix de sa jeunesse, au prix de sa beauté. 

Une mère, 
Ça fait ce que ça peut, ça ne peut pas tout faire, 
Mais ça fait de son mieux. 
Une mère, 
Ça calme des chamailles 
Ça peigne d'autres cheveux que sa propre broussaille 

Une mère, 
C'est plus com' le autres filles 
Ça oublie d'être fière 
Ça vit pour sa famille 
Une mère, 
Ça se confine au bercail 
C'est pris comme un noyau 
dans le fruit de ses entrailles 

Une mère, 
C'est là qu'ça nous protège 
Avec les yeux pleins d'eau, les cheveux pleins de neige 
Une mère, 
A un moment, ça s'courbe, ça grince quand ça s'penche 
Ça n'en peut plus d'être lourde 
Ça tombe, ça se brise une hanche 
Puis rapidement, ça sombre 
C'est son dernier dimanche 
Ça pleure et ça fond à vue d'œil 
Ça atteint la maigreur des plus petits cercueils 
O bien sûr, ça veut revoir ensemble 
toute sa progéniture entassée dans sa chambre 
Et ça fait semblant d'être encore forte 
Jusqu'à c'que son cadet ait bien r'fermé la porte 
Et lorsque, tout' seule ça se retrouve 
Ça attend dignement qu'le firmament s'entr'ouvre 
Et puis là , ça se donne le droit 
De fermer pour une fois les deux yeux à la fois 

Une mère ça ne devrait pas partir 
Mais on n'y peut rien faire 
Mais on n'y peut rien dire.


7 commentaires:

  1. Je l'ai souvent vue en concert... et j'aime beaucoup sa spontanéité. J'ai un faible pour ses chansons drôles.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis d'accord avec toi, j'aime aussi sa spontanéité et sa simplicité.
    Je suis fan de toutes ses chansons. Ces mots me parlent bien souvent.

    RépondreSupprimer
  3. Quel beau partage Malorie. Une grande amoureuse des mots que Lind Lemay.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on sent qu'elle aime les mots et partager cet amour. D'où le fait que j'apprécie autant ses textes.

      Supprimer
  4. On dirait que j'oublie tout le temps qu'elle fait partie de notre paysage. Pourtant, celles que je connais, j'aime beaucoup ses mots

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup aussi cette chanteuse !

    RépondreSupprimer